Biographie

C’est indéniablement à son parcours atypique qu’Éric Séva doit la curiosité qui alimente sa boulimie créative. Nulle surprise, alors, de découvrir que les mots croisement, carrefour ou métissage traversent un univers perpétuellement enrichi par ses voyages.

Ce goût de la découverte, il le doit à un père musicien, qui gagne sa vie à l’usine en semaine et se métamorphose en chef d’orchestre dans les bals populaires le weekend. La musique est si bien présente dans le quotidien d’Éric que l’apprentissage d’un instrument survient comme une évidence lorsque son père lui offre une flûte à bec en 1969, à l’âge de cinq ans. L’apprentissage du saxophone suit au milieu des années 1970. Le goût des croisements, le sens aigu de la mélodie et la maîtrise des couleurs, c’est à cette époque fertile qu’Éric les doit. Le weekend, il fait danser le public des bals populaires avec l’orchestre familial tout en suivant des études classiques poussées à l’École normale de Musique de Paris.

Loin de renier l’univers de la musique populaire, Éric y voit une force de communication avec le public, une inspiration qui ne cessera jamais d’alimenter ses dons de raconteur d’histoire. Cet appétit le conduit vers le jazz au sortir de l’École, sous la protection d’un voisin et ami, le dessinateur Jean Cabu, qui sera pour lui un catalyseur artistique. Toute aussi décisive est sa rencontre avec Dave Liebman qu’il rejoint à New York en 1990 pour devenir son élève, et qui lui enseigne le goût de cultiver sa différence. Séva ne s’est jamais départi de cette règle depuis. Si les musiques improvisées sont sa priorité créative, ainsi que l’illustre son séjour au sein de l’Orchestre National de Jazz de 2005 à 2008, il n’a jamais renoncé au plaisir de la découverte en participant à l’enregistrement de plus d’une centaine d’albums porteurs de signatures aussi diverses que Didier Lockwood, Chris Réa, Thomas Fersen, David Krakauer, Céline Dion et Henri Salvador, Michel Legrand, Sylvain Luc, Khalil Chahine, ou encore Zaz avec laquelle il effectuait récemment le tour du monde.

Et si Éric a toujours privilégié le jazz dans son parcours, c’est précisément parce que le métissage et la liberté en sont l’essence même. Première manifestation de cette ouverture, l’album « Folklores imaginaires » lui permet en 2005 d’aborder la composition de la même façon que l’improvisation, au rythme de la danse intérieure qui l’anime. Le recueil « Espaces croisés », célébré par toute la profession, prend le relais quatre ans plus tard. Éric y pratique l’art de l’audace en travaillant aussi bien la palette sonore des saxophones que la projection du son.

Les projets se sont enchaînés depuis : Danse avec Bartók, Confluence (une commande d’écriture pour quartet de jazz et grand orchestre classique), l’album « Nomade sonore » (2015) dont chaque note raconte le besoin d’itinérance de son créateur ; en attendant un hommage au blues, qui verra prochainement Éric explorer la note bleue.

À l’image du rêve, la musique d’Éric Séva est un condensé d’imaginaire qui autorise ce partenaire essentiel qu’est le public à voyager librement dans son sillage. Avec un bonheur jouissif constamment renouvelé.

Sebastian Danchin

Collaborations

Co-leader

  • « Papier musique » in folio (1998) avec la participation de CABU distribution HL
  • SALMIERI / TOP / SÉVA : « STS, Système Solaire » (1997)
  • « In Folio » : (JMS) (1995)
  • « Yes Yes Yes » : (Polygram Jazz)  (1992)
  • « Yes Yes Yes » : (Polydor/Verve)  (1991)
  • 12th Europ’ Jazz Contest Hoeilaart International « Yes Yes Yes » (1990)
  • Quintet : « Ecume » (Label La Lichere)  (1989)

Sideman

  • 2014
    • Michel MARRE : « Ethnic Héritage »
  • 2012
    • Khalil CHAHINE : « Kairos »
  • 2008
    • Franck TORTILLER : « Sentimental 3/4 » (CAM records)
    • Eric LONGSWORTH : « À ciel ouvert »
    • Khalil CHAHINE : « Noun »
    • ONJ : “Électrique”
  • 2007
    • Idriss BOUDRIOUA : « Base & Brass » Brésil
  • 2006
    • Marc-Michel LE BÉVILLON : « Groove Color »
    • Christophe CRAVERO : « La Foule » (DJAZ records)
  • 2005
    • ONJ (Orchestre National de Jazz) : « Close to heaven » « Le Chant du Monde » Harmonia Mundi
    • Inside Out : « Standissimo »
    • Bertrand LAJUDIE : « From here to there » (Cristal Records)
  • 2003
    • Idriss BOUDRIOUA : « Paris Rio »
    • Cordes Sensibles : « Invitation »
  • 2002
    • Daniel YVINEK : « Recycling the Future » (BMG France)
    • Bertrand LAJUDIE : « Watercolours » (Altri-Suoni)
  • 2000
    • Klaus BLASQUIZ : « Maison Klaus » Live au Caverne Café, (Bluestak)
    • Pierre-Jean GAUCHER : « Philéas-Band »
  • 1999
    • Didier LOCKWOOD : « Journal d’un usager de l’espace-2 » Opéra Jazz, texte de georges PEREC (Lockwood Records)
  • 1998
    • Didier LOCKWOOD : « Round About Silence » (Dreyfus Jazz)
    • Umberto PAGNINI : « La cricca d’Umberto » Live au Petit-Opportun
  • 1996
    • Jean-Marc JAFFET : “Agora” (JMS)
    • Vincent CHAINTRIER : “Loveland”
    • “Paris Musette” 2 : (Label la Lichere)
    • Fred SOUL : « Iemanjà » (RDC Records)
  • 1995
    • Didier LOCKWOOD : « Onztet de Violons » (JMS)
    • Jean-Marie ECAY Group : « Atlantic Blues » (Siesta Records)
  • 1994
    • Bertrand RICHARD : « Staccato » (Transat) (1994)
    • Patrick CASTILLE : « Espace Vital » (SDM) 1994)
    • Big Band de Châlon / Saône : « Carpe Diem » (Macarron)
  • 1993
    • Bernard PAGANOTTI : « Gnosis » Paga Group (Bleu Citron)
    • Chris LANCRY : « Dernier été » (Bluestak)
    • Diego IMBERT : « Ametys » (Loren Record)
  • 1992
    • Sylvin MARC : « 5 / 5 » (JMS)
    • David DEXTER D. : « L’ histoire de Jack Le Jazzman » (Dreyfus Jazz)
    • Jean-Felix LALANNE : « Jazzland » (Buda Records)
    • Françis LOCKWOOD : « Amazonas / Tropicana » (YOU)
    • Jean-Michel KAJDAN : « Blue Noise »
    • José PALMER : « Kaleidoscope »
  • 1991
    • Claude SALMIERI : « Self Portrait » (Midi Mandoline)
    • Serge ADAM : « Quoi d’Neuf Docteur » Big Band
    • Santos CHILEMI : « Trinidad » (avec Eddie GOMEZ et Peter ERSKINE)
  • 1989
    • Luc LE MASNE : « Bekümmernis » en Big Band
  • 1988
    • Senem DIYICI : « Takalar » (Label la Lichere)

Variétés

  • 2014
    • ZAZ : « Paris » (Play one)
  • 2010
    • Tommy SNYDER : « Under the Covers » (AYAMA)
  • 2006
    • Pascal OBISPO : « Les fleurs du bien » (Sony/BMG)
  • 2005
    • Chris RÉA : « Blue guitars »
  • 2004
    • Jean-Michel JARRE : « Aero »
    • Chris RÉA : « The blue jukebox »
  • 2002
    • Lara FABIAN
    • Philippe LAVIL : « Retour à la case créole » (Tabata music / BMG)
  • 2001
    • Michel SARDOU : « Bercy Live 2001 » (Trema)
    • Tommy SNYDER : « Nami’s Song » (Izit Music & Arts & Ltd)
    • Marcus NOË : « Tout est Tabou » (Juste une trace)
  • 2000
    • Les Rita MITSOUKO : « Cool frénésie » (Delabel)
    • Maxime LE FORESTIER : « L’écho des étoiles » (Polydor)
    • Joseph RACAILLE : « Caraï » (Warner Music France / Tôt ou tard)
    • SANSEVERINO : « Le tango des gens »
    • Michel SARDOU : « Français » (Trema)
  • 1999
    • Thom4s FERSEN : (Warner Music France / Tôt ou tard)
  • 1998
    • Tommy SNYDER : « Snyder’s Market » (Izit Music & Arts/two par deux)
    • Nicole CHERUBINI : « Nicole Cherubini chante Rimbaud » (Suisa)
  • 1997
    • Dick ANNEGARN : « Approche-toi » (Warner Music France / Tôt ou Tard)
  • 1991
    • Céline DION : « Des mots qui sonnent » « Dion chante Plamondon » (Columbia)
    • Bande originale du film « Après l’amour » de Diane KURYS, musique d’Yves SIMON
    • Gérard BERLINER
    • Yvan DAUTIN : « Le cœur cerise »
    • Isabelle MORELINI : « Les mondes parallèles » Élodie distribution
    • « FABIAN » (Polydor)
    • « Karim KACEL »